Le malade imaginaire et la dernière tirade de Molière

Home > Blog Art > Blog Théâtre > Le malade imaginaire et la dernière tirade de Molière
Posté le 04 août 2015

C’est au soir d’une représentation du Malade imaginaire que Molière, qui jouait le rôle-titre, tire sa révérence pour de bon. Cette pièce qui moque la médecine et se gargarise de la naïveté humaine conserve toute sa modernité humoristique et satirique.

Le malade imaginaire et la dernière tirade de Molière

Hypocondrie classique

Le malade imaginaire réside parmi les pièces les plus célèbres, et les plus jouées encore aujourd’hui, écrites par Molière. Comme L’Avare, la modernité indiscutable de sa satire et la méchanceté tout en douceur de ses protagonistes bouffons en font une œuvre que l’on ne se lasse pas de voir et de revoir, de lire et de relire.

Qui ne connaît pas Argan ? Âgé de 50 ans, l’homme se croit atteint de tous les maux. Nul doute que le trou de la Sécu, c’est lui ! Il enrichit ses deux médecins, Diafoirus et Purgon, ainsi que leurs pharmaciens. Tout ce petit monde le mène en bateau à coups de diagnostics sombres et de traitements faussement médicamenteux.

Richissime, Argan aimerait bien marier sa fille Angélique au fils du docteur Diafoirus, histoire d’avoir un praticien à domicile. Veuf, il s’est remarié avec Béline qui, elle, n’espère qu’une chose : sa mort, sa fille mise au couvent, et donc son argent. Voilà une belle et sympathique petite famille.

Le texte intégral de la pièce peut être lu ici.

Le malade imaginaire et la dernière tirade de Molière

Le malade imaginaire et le vrai mourant

Trentième et dernière comédie de Molière, Le malade imaginaire a la particularité d’être une comédie-ballet. Marc-Antoine Charpentier a composé les morceaux musicaux qui accompagnent les fins des deuxième et troisième actes, parties chorégraphiées par Pierre Beauchamp.

L’autre spécificité de cette pièce, c’est qu’elle est indissolublement liée au destin de son auteur. Jean-Baptiste Poquelin n’est certes pas mort sur scène, mais il est vrai qu’il a agonisé durant une représentation de sa pièce, le soir du 17 février 1673 où il jouait… Argan, le malade imaginaire !

Sur la scène de Palais-Royal, le comédien-dramaturge est pris d’une convulsion, qu’il dissimule sous des sourires forcés. Ses partenaires s’en rendent compte, réclament le baisser de rideau. Molière est transporté chez lui où il succombe à cette infection des poumons qui le rongeait depuis des années.

Au-delà de l’ironie qu’il y eut à jouer un malade imaginaire bel et bien souffrant, la mort de Molière au sortir des planches confère à cette pièce une émotion et une gravité qui n’a pas été remise en cause depuis.

Le malade imaginaire et la dernière tirade de Molière

Santé !

L’œuvre reste une satire particulièrement féroce du monde de la médecine. Les docteurs sollicités par Argan profitent de la naïveté d’un bonhomme acariâtre qui n’a de véritable maladie que l’hypocondrie.

Le langage médical, son jargon prétentieux et ses termes anxiogènes, sont égratignés par la plume de Molière changée en bistouri. Ses praticiens sont de pacotille et se remplissent les poches à mesure qu’ils bourrent d’âneries la tête de leur patient.

De plus, n’importe qui peut devenir médecin : il suffit d’en endosser l’habit ! Pour épouser la fille d’Argan, Cléante consent à se faire médecin. « Il n’y a pas besoin d’études », lui réplique-t-on lorsqu’il exprime des doutes, « en recevant la robe et le bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison ».

Peur de la mort, amour de la vie

Perpétuel inquiet qui cherche l’affection et l’attention de ses proches, notamment de ses deux filles Angélique et Louison, Argan est surtout un personnage très moderne. Son angoisse face au vide de sa vie pourrait bien refléter ce mal existentiel qui touche nos sociétés contemporaines.

Derrière le bouffon égoïste et grotesque, Argan est bel et bien un personnage profondément humain. Comme nous tous, il craint la mort ; et c’est précisément parce qu’il en a peur, de la mort, qu’il faut bien en rire un peu.

Avatar

La rédaction

DANS LA MEME RUBRIQUE
Vous avez envie de vous émerveiller un peu et de retomber en enfance le temps d'un spectacle extraordinaire ?...
Nous avons tous croisé les œuvres du théâtre grec à l’école, ouvert un exemplaire des Perses d’Eschy...
Ils sont connus de tous. Ils ont prononcé des phrases que tout le monde a entendues. Ils se sont aimés et so...
La Nouvelle Seine est une péniche sur berges située face du 3, quai de Montebello dans le 5ème arrondisseme...

Ne ratez pas
Décembre 18, 2017 3412
Vous avez envie de vous émerveiller un peu et de retomber en enfance le temps d’un spectacle extra...
C'est tout chaud