Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Sciences et découvertes > L’homme et la nature

L’HOMME ET LA NATURE



Depuis l’Antiquité grecque, l’homme a beaucoup réfléchi sur ses rapports avec la Nature. Pourtant, il faut attendre le XVIIIe siècle, pour qu’un réel progrès soit amorcé dans les connaissances. Ainsi, la médecine, l’étude du corps humain et les sciences naturelles, notamment la botanique et la zoologie, connaissent un intérêt nouveau.
Le comte de Buffon, administrateur du Jardin des Plantes, traduit en français les ouvrages de l’Anglais Stephen Hales, et écrit l’Histoire Naturelle, qui connaît un succès équivalent à celui de l’Encyclopédie. Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Jean-Baptiste de Lamarck sont les premiers à avoir proposé et compris la nécessité théorique de l’évolution des êtres vivants. En 1859, Charles Darwin formalise une théorie complète sur le sujet avec l’Origine des espèces mais ouvre une querelle scientifique et religieuse qui se perpétue encore. Tout en essayant de mieux connaître son environnement, l’homme revient aussi au fondement antique « connais-toi toi-même », et la psychanalyse est reconnue grâce aux travaux de Sigmund Freud.
L’homme devient son propre terrain d’expérimentation, ce qui amène des progrès en médecine, brillamment initiés par Laennec, inventeur du stéthoscope, Charcot, et Louis Pasteur qui découvre le vaccin contre la rage. La médecine devient alors une discipline précise et rigoureuse, évolution préparée dès la fin du Moyen Âge par les alchimistes, presque tous médecins.