Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Littérature > Les grands classiques des XVIe et XVIIe siècles

LES GRANDS CLASSIQUES DES XVIe ET XVIIe SIÈCLES



Au XVIe siècle, le nouvel esprit de liberté religieuse qui conduit à la Réforme, est indissociable de la renaissance de la réflexion critique qui mène à la création d’une nouvelle école, enseignant la pensée gréco-latine et l’érudition. Cet esprit nouveau, appelé par la suite humanisme, réunit des philologues (Budé), des imprimeurs (Gutenberg, Alde Manuce), des philosophes (dont Érasme est le chef de file). Savants et lettrés s’illustrent dans des genres littéraires très divers : la poésie multiple de Marot, l’appétit de Rabelais, le style raffiné des poètes de la Pléiade, le baroque de d’Aubigné, la réflexion mesurée de Montaigne sur la nature humaine, dans ses Essais (1580).

Le XVIIe siècle naissant hérite de la tempérance de ce dernier, mais aborde le classicisme sans anéantir les autres genres (baroque, précieux, libertin, satirique…), et sans réduire la diversité des expressions. Tandis que Descartes affirme la primauté de la Raison, Corneille insiste sur la grandeur de la Passion. Le janséniste Pascal prône une sévérité morale, alors que La Fontaine et Molière s’amusent quant à eux des faiblesses de l’homme… Malherbe et Guez de Balzac élaborent une esthétique classique qui se veut rationnelle, morale, proche de la nature et imitant l’Antiquité. Le Cid (1637) de Corneille est la première tragédie classique, mais ce sont surtout les pièces de Racine qui représentent plus strictement cet idéal. En 1674, Nicolas Boileau propose une synthèse du genre en rassemblant les règles du classicisme dans son Art poétique.