Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Histoire > Les femmes et le pouvoir

LES FEMMES ET LE POUVOIR



Entre les reines qui assurent la continuité du pouvoir lors des régences, et les maîtresses royales qui ont parfois autant de pouvoir que le roi, les femmes ont exercé une influence considérable sur l’histoire de France. Agnès Sorel s’attire ainsi les faveurs de Charles VII. Diane de Poitiers est la maîtresse de François Ier mais surtout celle de son fils, Henri II ; au grand dam de Catherine de Médicis, son épouse, qui dirige toutefois la France d’une main de fer pendant toute la seconde moitié du XVIe siècle, à travers ses fils François II, Charles IX et Henri III.
Marie de Médicis régente le royaume lors de la minorité de Louis XIII, et Anne d’Autriche lors de celle de Louis XIV. Ce dernier donne à ses favorites un pouvoir immense. La marquise de Montespan favorise les carrières de La Fontaine, Racine, Boileau et protège Molière. Madame de Maintenon épouse même le roi après la mort de Marie-Thérèse d’Autriche.
Le statut de maîtresse royale offre des perspectives politiques à certaines ambitieuses qui font souvent l’objet de réactions violentes, à l’image des « poissonnades » réservées à la marquise de Pompadour, née Jeanne-Antoinette Poisson. Cette dernière prend cependant la tête du parti philosophique, face aux dévots menés par le Dauphin, et protège notamment Voltaire et Rousseau. Nulle femme ne sera plus honnie dans l’histoire de France que « l’Autrichienne », Marie-Antoinette. Après 1791 et la fuite à Varennes, elle montre toutefois un sens politique très développé.