Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Littérature > Le théâtre aux XIXe et XXe siècles

LE THÉÂTRE AUX XIXe ET XXe SIÈCLES



Dans la création littéraire, l’œuvre théâtrale se distingue par la spécificité de son texte, écrit pour être dit sur scène, sous la forme de dialogues, par des comédiens. Issu de la danse et du mime, le théâtre obéit en outre à des règles strictes et contraignantes dictées par l’espace et le temps de l’action mais également par la mise en scène qui régit les rythmes de jeu, les déplacements et les intonations.
Au cours des deux derniers siècles, le théâtre a connu de nombreuses et profondes évolutions : théâtre de boulevard, d’avant-garde, bourgeois, révolutionnaire et d’auteur, sont autant de formes théâtrales rencontrées au XIXe siècle, tandis que de nouveaux genres se développent comme le vaudeville (Feydeau, Courteline, Labiche…) et le théâtre de l’absurde (Beckett, Ionesco, Genet…).
Si Antoine et son Théâtre Libre, ainsi que Jacques Copeau ont marqué la première moitié du XXe siècle, Antonin Artaud avec Le Théâtre et son double, recueil de textes consacrés au théâtre, aura une large influence sur les auteurs et metteurs en scène de la seconde moitié du siècle.
Nombreux sont les romanciers, poètes et philosophes à avoir écrit pour le théâtre à l’instar de Hugo, Verne, Cocteau, Sartre, Camus… Le théâtre se démocratise et devient un lieu de convergence d’idées et de mouvements multiples, « un creuset de civilisation […] un lieu de communion humaine » (Victor Hugo, William Shakespeare, 1864).