Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Littérature > Le siècle des Lumières

LE SIÈCLE DES LUMIÈRES



Le bouillonnement éclairé du XVIIIe siècle français conduit au renversement d’un régime jugé dépassé. Dès la fin du XVIIe siècle, philosophes et savants imposent une réflexion sur l’idéologie politique : l’ordre social et la hiérarchie religieuse sont remis en cause, les sciences sont exaltées et bannissent la Providence divine, la philosophie devient rationaliste, les civilisations non européennes sont étudiées, une tolérance nouvelle ouvre les esprits…
Les écrivains sont des penseurs et la littérature diffuse leurs idées éclairées : les Lettres persanes de Montesquieu, pamphlet de l’époque, sont un succès, Voltaire répand cette philosophie nouvelle à travers ses contes (Candide), Rousseau rêve d’un bonheur simple pour tous (Émile ou De l’éducation), Diderot et d’Alembert tendent à démocratiser le savoir et mènent à terme la rédaction de l’Encyclopédie, malgré les condamnations. Beaumarchais, enfin, renouvelle la comédie comme satire sociale et politique (Le Mariage de Figaro) et, très engagé, ravive le genre des mémoires judiciaires. Dans les salons littéraires, souvent orchestrés par des femmes (Mme du Deffand, Mme Lambert, Mme Geoffrin…), on discute avec aisance des derniers romans réalistes (Vie de Marianne de Marivaux, Le Paysan perverti de Restif de la Bretonne), des romans libertins (Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Justine ou les Malheurs de la vertu du marquis de Sade), et des romans sentimentaux (Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre) annonciateurs du style romantique qui ouvrira le siècle suivant.