Vous êtes ici : Accueil - Collections permanentes > Musique > Hector Berlioz

HECTOR BERLIOZ



Hector Berlioz naît à La Côte Saint-André (Isère) le 11 décembre 1803. Après quatre tentatives infructueuses, il obtient le Grand Prix de Rome en 1830, puis les applaudissements pour sa Symphonie fantastique. Pourtant, celui qui aujourd’hui fait partie des grands compositeurs français, ne parvient pas à s’imposer sur la scène parisienne. En 1838, la débâcle de Benvenuto Cellini reste l’un des plus cuisants échecs de sa carrière. La première, malheureuse, de La Damnation de Faust (1846) le dissuade de faire jouer sa musique à Paris. Quant aux Troyens, créés en 1863, l’opéra obtient un accueil mitigé. Hormis quelques pièces à succès comme sa symphonie Roméo et Juliette (1839) ou L’Enfance du Christ (1854), Berlioz est souvent boudé par Paris et endetté par les échecs à répétition.
En revanche, il est très demandé à l’étranger et notamment en Allemagne, où ses œuvres triomphent. Richard Wagner est conquis par la nouvelle forme d’écriture musicale de Berlioz : le poème symphonique. Après deux mariages, un divorce, le décès de son fils en 1867 et deux congestions cérébrales l’année suivante, Berlioz s’éteint à Paris le 8 mars 1869.
Admiré par l’Europe entière de son vivant, ce chef de file de la musique romantique n’a connu en France qu’une consécration posthume. Au tournant du siècle, Richard Strauss, Camille Saint-Saëns et bien d’autres, s’inspirent de son œuvre en louant sa volonté de s’émanciper des contraintes de la structure symphonique par une approche plus poétique.