Vous êtes ici : Accueil - Expositions temporaires > Expositions antérieures > Verlaine emprisonné
Dossier de presse

Verlaine emprisonné

Musée des lettres et manuscrits (8 février - 5 mai 2013)

Le Musée des lettres et manuscrits présente dans l’exposition « Verlaine emprisonné » le recueil Cellulairement de Paul Verlaine (écrit précisément en cellule) sous un jour inédit, à la lumière croisée de quatre cages qui enferment le poète :
• son physique, ressenti comme disgracieux ;
• sa prison existentielle, qui le montre écartelé entre la fascination de l’enfer et l’appel de la grâce ;
• sa dépendance à l’alcool en général et à l’absinthe en particulier, que l’enfermement carcéral le contraindra à vaincre provisoirement ;
• son emprisonnement concret, en Belgique, à Mons, après sa tentative d’homicide sur Arthur Rimbaud au cours d’une crise d’ivresse et de jalousie. C’est au cours de ce séjour en prison qu’il écrira Cellulairement, entre le 11 juillet 1873 et le 16 janvier 1875.
Inédit en tant que tel de son vivant et durant plus d’un siècle, Cellulairement est désormais classé trésor national par l’état français.

Le mot de Gérard Lhéritier, Président du Musée des Lettres et Manuscrits
Cellulairement, c’est un manuscrit incandescent de Paul Verlaine, classé trésor national depuis 2005, et qui témoigne de la flamme poétique et mystique qui embrase le poète lors de son incarcération en Belgique. Cet inestimable manuscrit conservé au Musée des lettres et manuscrits est la pièce centrale de l’exposition « Verlaine emprisonné », consacrée aux diverses prisons
qui enferment Verlaine.
Incarcéré en juillet 1873, après avoir tiré, dans l’emportement d’une querelle d’amoureux exacerbée par l’alcool, deux coups de feu sur son ami Arthur Rimbaud, Verlaine écrit dans sa geôle ce recueil de 67 feuillets dans lequel il exprime ses rêves, ses fantasmes, son désespoir, ses frustrations, ses remords, ses espérances, ses évasions poétiques, ses fantaisies, ses théories, mais aussi l’irruption de la grâce à partir de l’été 1874. Ce recueil sera mis en vente par Sotheby’s en 2004, où il sera acquis par Aristophil.
Cette présentation du Musée des lettres et manuscrits dans l’exposition « Verlaine emprisonné », qui s’attache à voir le poète à travers le prisme de ses propres prisons, l’expose en majesté.
Voici en quelques mots l’histoire mouvementée de ce manuscrit exceptionnel :
Si dans un premier temps l’éloignement temporaire de Verlaine de la vie littéraire et les effets négatifs de sa condamnation ne facilitent pas l’édition de son manuscrit, à partir de 1881 c’est le poète lui-même qui change d’avis et qui renonce à son projet initial de publier les 32 poèmes dans un même recueil. Ils vont être dispersés dans des recueils tels que Sagesse, Jadis et Naguère, Parallèlement ou Invectives.
En 1897, moins d’un an après la disparition de Paul Verlaine, le dessinateur Cazals révèle l’existence du manuscrit inédit. En 1912, quinze ans plus tard, on en découvre un exemplaire et le poète Ernest dupuy en publie une description. On en perd ensuite la trace avant de le retrouver dans la bibliothèque de Louis Barthou. À la mort de ce dernier en 1935, le manuscrit passe dans la collection de Louis Loriot, l'un des exécuteurs testamentaires de Barthou ; il est finalement donné par sa fille à Ida Jankélévitch dans les
années cinquante et reste entre des mains privées, toujours ignoré des amateurs de Verlaine et du grand public. Le 15 décembre 2004, Sotheby’s met en vente à Paris le manuscrit de Cellulairement estimé entre 100 000 et 150 000 €. Le recueil est finalement adjugé pour la somme de 299 200 €. Classé « trésor national » et interdit d'exportation par l’état, il est acquis par Aristophil, à Paris. N’ayant jamais été publié ni du vivant de Verlaine, ni après sa mort dans ses œuvres complètes, le texte de Cellulairement a été
édité pour la première fois en 1992 au Castor Astral, puis en 2002 dans le livre de Poche.
Outre l’édition de l’ouvrage Verlaine emprisonné coédité avec les éditions Gallimard, le manuscrit va faire l’objet, sur l’initiative du Musée des lettres et manuscrits, d’une édition dans la collection Poésie des éditions Gallimard en février 2013 sous la direction de l’universitaire Pierre Brunel, présentant dans un livre au format de poche chacun des feuillets du manuscrit original, leur transcription ainsi qu’un extrait de l’œuvre autobiographique du poète intitulé « Mes prisons ».

Le mot du commissaire de l'exposition, Jean-Pierre Guéno
« Verlaine emprisonné » exprime les conséquences de l’affaire de Bruxelles sur l’œuvre poétique et sur la spiritualité de Verlaine. Le poète condamné plus encore pour son homosexualité que pour avoir tiré sur Rimbaud n’est pas seulement le prisonnier des prisons belges pendant 555 jours. Paul Verlaine est un incarcéré, un encagé permanent, du premier jour de sa vie jusqu’à celui
de sa mort, et l’exposition comme le livre qui l’accompagne décrivent et illustrent toutes les cages qui enferment le poète maudit et qui vont faire vibrer son âme comme sa plume : sa prison de pierre, sa prison existentielle, sa prison politique, sa prison familiale, sa prison sentimentale, et non des moindres, la prison de l’absinthe. C’est la raison pour laquelle la structure du livre comme celle de l’exposition et de sa scénographie ne cessent de faire alterner le sentiment d’enfermement et l’aspiration à l’évasion.
Ce sont les arts, la peinture et la poésie qui vont permettre à la génération de Verlaine et des poètes maudits de trouver une alternative au suicide et de refonder à la fois la poésie et la peinture. Explosion d’un nouvel art poétique. Explosion du symbolisme, explosion de l’impressionnisme.
Paul Verlaine : Né Saturnien. « Bonne part de malheurs et bonne part de bile ». « Verlaine emprisonné », c’est en fait la petite musique de l’âme de l’homme universel, de l’homme enfermé dans sa condition humaine, de l’homme double écartelé entre la fascination de l’enfer et la nostalgie du paradis perdu.
Les temps forts de l’exposition
Les trésors verlainiens des Musées des lettres et manuscrits de Paris et de Bruxelles, et quelques autres :
• Le manuscrit de Cellulairement dévoilé pour la première fois au public et en particulier les manuscrits de L’art poétique et de La Chanson de Gaspard Hauser
• Un dessin original à la plume représentant Paul Verlaine, signé du graveur Robert Kastor et souligné d’un quatrain autographe signé de Paul Verlaine
• Un autoportrait de Verlaine qui annonce le cubisme bien avant la naissance du cubisme
• L’unique portrait de Verlaine souriant par Cazals
• Une photo totalement inédite de Verlaine à 20 ans dans un fauteuil
• La porte de la cellule de Verlaine
• Le registre de levée d’écrou avec les notes morales que porte sur lui l’administration pénitentiaire
• Le dossier de Police de Rimbaud avec la mention « Repris de justice et forçats libérés : Rimbaud Arthur. Profession : homme de lettres »
• Quelques-uns des plus beaux feuillets de la Lettre du voyant empruntés à la BNF (originaux ou fac simile)Un manuscrit « emprisonné »
Classé trésor national par l’état français, le manuscrit de Cellulairement est « intouchable ». Il a été relié de façon particulière au début du XXe siècle : les 67 feuillets manuscrits ne sont pas montés sur onglets comme on le fait aujourd’hui. Chacun d’entre eux est emprisonné dans la reliure, rendant impossible leur désassemblage. Ainsi donc les feuillets manuscrits de Cellulairement sont-ils eux aussi physiquement et matériellement « emprisonnés » dans leur reliure, rendant souvent délicate leur reproduction, et rendantimpossible leur exposition autrement que sous forme de fac-similé.

Le parcours de l'exposition
L’exposition « Verlaine emprisonné » se structure autour d’une vitrine centrale présentant la pièce phare de l’exposition, Cellulairement. La scénographie accompagne le propos de l’exposition en enfermant ce manuscrit au milieu de diverses vitrines scandant, tout comme l’ouvrage éponyme de Jean-Pierre Guéno et Gérard Lhéritier publié en coédition avec Gallimard, les différents chapitres de cet enfermement. En voici les thématiques ainsi que les œuvres principales (sous réserve de modifications) :
Génération maudits
Des artistes maudits dans une société bloquée
Manuscrits et dessins de Musset, Desbordes-Valmore, Baudelaire (la fameuse « Lettre du suicide »), Rimbaud (la très célèbre « Lettre du voyant ») et… Verlaine.
La prison de verre
La véritable prison de Paul Verlaine, la lourde présence de trois frères et sœur mort-nés avant sa naissance
Berceuse, La Chanson de Gaspard Hauser, un pouacre, l’autoportrait de Verlaine en singe : la confession poétique de Verlaine sur sa laideur.
La fée verte
L’évasion dans l’absinthe et l’écartèlement de la bisexualité
Le « Sonnet du trou du cul » de Verlaine et Rimbaud et différents éléments relatifs à l’addiction à l’absinthe.
Une saison en enfer
Le huis clos de la vie quotidienne, le délitement du couple de Verlaine, sa rencontre avec Rimbaud
Illustrée par des poèmes de Rimbaud, des extraits de Cellulairement, des lettres de Verlaine.
Voleurs de feu
Fertilisation croisée entre les deux fondateurs de la poésie moderne
L’art poétique de Verlaine et d’autres feuillets de la « Lettre du voyant » d’Arthur Rimbaud.
Deux balles
L’évasion dans le passage à l’acte : la tentative d’homicide après la tentation du suicide, lorsque Verlaine tire deux balles sur Rimbaud, le 10 juillet 1873
Lettre d’un désespéré à sa mère, dessin de Cocteau d’après le portrait de Rimbaud par Jef Rosman, etc.
Cellulairement
L’enfermement carcéral, où Verlaine est jugé et condamné à deux années de prison
Plusieurs extraits du recueil Cellulairement dont « Crimen amoris », ainsi que les documents relatifs à la levée d’écrou.
Symboles et impressions
La libération des contemporains de Verlaine par le symbolisme et l’impressionnisme
Reproduction d’œuvres emblématiques du symbolisme et de l’impressionnisme (Delville, Monet) et d’un manuscrit de Verlaine d’inspiration impressionniste (Lenterrement de mon père).
Le doigt du Christ
L’évasion par la grâce, Verlaine se tourne, au cœur de sa vie carcérale, vers le catholicisme
Poèmes mystiques de Cellulairement, poème autographe de Verlaine « à Baudelaire », et son portrait manuscrit par Anatole France.
Figures de Verlaine
L’évolution d’un visage et l’évasion finale dans la postérité
Divers portraits de Verlaine, manuscrit de Carco sur Verlaine poète maudit, lettre de Trenet à Cocteau.

Retrouvez les publications et les animations autour de l'exposition

Découvrez le Post Scriptum consacré à Cellulairement de Paul Verlaine